Accueil > Femmes à des postes de direction > Présence des femmes aux conseils d’administration

Femmes à des postes de direction


Présence des femmes aux conseils d’administration

Arguments économiques pour la présence de femmes aux conseils d’administration

Lire la brochure Arguments économiques pour la présence de femmes aux conseils d’administration.

Il est de plus en plus reconnu que la présence de femmes à des postes de direction améliore le bilan des entreprises et contribue à une évolution positive des milieux d’affaires. Pourtant, les femmes ne détiennent que 15,9 % des sièges au conseil d’administration des 500 entreprises canadiennes qui figurent au palmarès du Financial Post.

Il est loin d’y avoir pénurie de femmes talentueuses, possédant les compétences, la formation et l’expérience nécessaires pour relever les défis associés à l’exercice du pouvoir. Les entreprises dépourvues de femmes au conseil ou à la direction se privent d’une grande partie de ces ressources.

Le gouvernement ontarien appuie la mixité des sexes au sein des conseils d’administration

Le gouvernement ontarien appuie entièrement une présence accrue des femmes aux postes de direction et au sein des conseils d’administration. Avec la collaboration de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario et d’autres partenaires, il cherche des moyens d’inciter les entreprises à accroître la représentation des femmes au niveau de la haute direction et du conseil d’administration.

decorative strip

Document de consultation de la CVMO

Lisez le document de consultation de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario concernant la représentation des femmes au sein des conseils d'administration et des équipes de direction. La Commission sollicitera les commentaires du public jusqu’au 4 octobre 2013.

decorative strip

Consultation sur la divulgation des politiques en matière de mixité des sexes

En juin 2013, la ministre déléguée à la Condition féminine et le ministre des Finances ont prié la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario de procéder à une consultation publique sur l’éventuelle obligation des entreprises de divulguer leur politique sur la diversité des genres, plus particulièrement en ce qui a trait au principe selon lequel il faudrait « se conformer ou s’expliquer ».

Une approche du type « se conformer ou s’expliquer » exige des entreprises qu’elles adoptent des politiques favorisant la mixité des sexes dans leurs processus de recrutement et de nomination des membres du conseil d’administration, et qu’elles fassent ensuite rapport des progrès réalisés à leurs actionnaires et à leurs clients.

En se fondant sur les commentaires reçus lors du processus de consultation, tenu en janvier 2014, la Commission a publié des recommandations exigeant des entreprises inscrites à la Bourse de Toronto qu’elles manifestent une plus grande transparence au sujet de leurs politiques et pratiques en matière de diversité des genres.

Une fois dépouillés les commentaires du public sur les recommandations proposées, la Commission remettra son rapport final au gouvernement plus tard en 2014.